Annonce ToutSurTout

Bienvenue sur toutsurtout.biz

Radio TST

Si vous souhaitez participer vous aussi aux discussions sur le forum, il faut vous inscrire ou vous connecter.

Le Thème Printemps est maintenant en place.

Les inscriptions sont actuellement OUVERTES.

Message 1 Discussion postée le 11-02-2019 à 21:24:16

El Roslino
Avatar de El Roslino


Statut: VIP
Avancement: Niveau 4
Date d'inscription: 07-07-2016
Messages: 10 093

Deux ans de prison pour le frotteur de la ligne 5 du métro

https://www.world-lolo.com/images/uploads/image.num1549916441.of.world-lolo.com.jpg



L'individu sévissait entre gare du Nord et République. Il a été interpellé mi-janvier et condamné ce lundi grâce aux témoignages courageux de quatre victimes, dont trois mineures.

Lorsqu'elle a dû décliner son identité devant le tribunal, elle a immédiatement fondu en larmes. Le souvenir est encore trop douloureux pour cette jeune fille de 13 ans. Avec deux autres mineures, Julia* était ce lundi partie civile au procès de son agresseur.

Ce dernier, un commis de cuisine venu du Bangladesh âgé de 40 ans, était poursuivi pour agression sexuelle sur mineurs. Ce « frotteur » du métro a en fait commis « des faits bien plus graves », comme l'a souligné la présidente du tribunal. M. A. a été condamné à un an de prison ferme, plus un an avec sursis et mise à l'épreuve, et à indemniser ses victimes à hauteur de 2 500 €. Il est aussi soumis à une série d'obligations : se faire soigner, justifier d'un travail et de son domicile, ne pas exercer d'activité en contact avec les mineurs, et ne plus fréquenter le métro parisien.

C'est en effet dans les rames de la ligne 5 que se sont produits les faits. Les premiers remontent au mois de juin 2018, les derniers au 14 janvier dernier, peu avant son interpellation. Le mode opératoire de ce prédateur est toujours le même : entre Gare du Nord et République, en pleine heure de pointe du matin, entre 8 h 30 et 9 heures. Il profite de la foule dans les rames bondées pour se frotter à des jeunes, voire très jeunes filles, leur touche les seins, l'entrejambe, et, pour l'une des victimes, âgée de seulement 12 ans au moment des faits, tente une pénétration digitale. En tout, quatre jeunes filles se sont portées partie civile, dont trois mineures de moins de 15 ans. La 4e victime, âgée de 24 ans, a même été confrontée deux fois à son agresseur.

Le courage des victimes.

Il aura fallu le courage de ces jeunes victimes pour que l'affaire éclate. La plus jeune a notamment appelé le 3117, le numéro d'urgence de la police des transports. « J'ai été récupéré ma fille en larmes sur le quai, nous sommes allés immédiatement déposer plainte au poste de police Gare de l'Est », raconte Rapahël, le père d'une autre victime âgée de 14 ans. « Je suis un papa en colère, poursuit-il. On culpabilise d'envoyer nos enfants dans le métro aux heures de pointe. C'est un problème de fond. J'invite toutes les femmes à porter plainte, cela aidera d'autres petites victimes comme ma fille. Et j'appelle les politiques à prendre conscience de l'état déplorable du métro, et du manque de sécurité. »

Avec les autres parties civiles, Raphaël salue en revanche le « travail formidable » de la brigade des mineurs et de la brigade des réseaux ferrés, qui ont permis, au terme d'une enquête minutieuse, en exploitant les vidéosurveillances de la RATP, d'interpeller l'auteur des faits.

« Un cataclysme familial. »

Celui-ci, en France depuis 8 ou 9 ans, domicilié à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis), a « reconnu l'intégralité des faits », qu'il explique difficilement, par « la solitude » ou « la frustration sexuelle », a expliqué son avocat. Me Dominique Bréard regrette « une justice expéditive » pour son client, estimant qu'il aurait mieux valu une expertise psychiatrique supplémentaire. « On n'a aucune garantie à sa sortie », a-t-il estimé. La tête basse enfoncée dans les épaules, le regard vide, M. A. « n'a sans doute pas compris sa peine », ajoute son avocat.

A la sortie de l'audience, qui s'est déroulée à huis clos pour préserver la parole des victimes, Julia* est félicitée par ses proches : « tu as été courageuse !». « L'audience a eu un effet cathartique », reconnaît l'avocate des parties civiles. Mais le traumatisme ne sera pas évacué de sitôt. « Certaines victimes ne peuvent toujours pas reprendre le métro, leur vie et celle de leurs proches en est chamboulée. C'est un cataclysme familial », conclut l'avocate. Dans ces conditions, la condamnation et le maintien en détention de leur agresseur constitue « un immense soulagement pour les victimes ».

*Le prénom a été changé.



 

Visualiser ce message en mode lecture